Article mis en ligne sur le site Je Crée dans Ma Région : vous pouvez le retrouver à cette adresse.

Tour à tour salariée, gérante de sa société et entrepreneure en portage salariale, Mireille Swiatek exerce aujourd’hui l’infoprenariat au sein d’Arcoop. Atypique, dynamique et sympathique, la Valentinoise de 55 ans rayonne dans le monde francophone grâce à un ordi et un simple smartphone. Un bel exemple de réussite humaine et professionnelle.

Valentinoise d’origine, Mireille Swiatek a déménagé vingt fois dans sa vie, dont quinze pour poursuivre une carrière professionnelle dédiée au marketing opérationnel dans une grande compagnie d’assurance internationale. Elle s’en sépare, après 20 ans de bons et loyaux services, à l’âge de 40 ans. Le coup est dur à encaisser mais Mireille a de la ressource et un formidable esprit positif. Installée en région parisienne, elle crée en 2004 sa propre société de webmaster, une activité à l’époque très innovante, à destination des PME afin de leur apprendre à installer et gérer leur site internet. Elle décide ensuite de faire évoluer ses services vers la vidéo et de venir habiter Valence en 2014. Elle change de statut et passe en portage salarial avant de rejoindre la CAE Arcoop en 2018.

« En tant que solo entrepreneure, j’avais besoin de contacts humains et d’un relationnel que je ne trouvais pas en portage. La coopérative représente pour moi le stade au-dessus, avec la possibilité de créer un véritable lien social. » Une proximité humaine avec de « vraies » personnes primordiale pour celle qui, infopreneure depuis trois ans, propose de la formation en ligne pour apprendre à tourner, monter et publier des vidéos sur les réseaux sociaux et sur les sites internet. « Du Canada au Pérou, en passant par l’Afrique, les Antilles, la Guyane, l’Europe ou la France, mes clients, tous francophones, sont dispersés dans le monde entier et très peu localisés près de chez moi. Je me contente donc le plus souvent de les voir par Skype, même s’il m’arrive de les croiser, de temps en temps, sur des séminaires de réseautage internet. »

Participant au dynamisme de sa nouvelle structure, la quinquagénaire apprécie d’apporter ses compétences et sa connaissance du web à d’autres Arcoopiens. Elle vient ainsi d’animer une formation sur la découverte de la vidéo carrée accessible à tous et assurera un atelier, le 25 avril, pour apprendre à savoir récolter les témoignages clients afin de les utiliser sur le web.

Une souplesse appréciable et appréciée

Si Mireille est sensible aux valeurs défendues par les CAE, un argument de poids a fait pencher la balance en faveur d’Arcoop : la souplesse des encaissements en carte bleue, quelque soit le montant. « Ils représentent 90 % de mes mouvements bancaires. Sur le web, les achats se font immédiatement par paiement sécurisé. Je passe par une plateforme qui vire l’argent sur le RIB d’Arcoop, pour qui je créé ensuite des factures clients correspondant aux sommes perçues. C’est l’idéal pour moi ! En portage, je devais facturer un minimum de 300 € par prestation alors que maintenant je peux proposer des petits produits de formation de 20-30 €, ou même moins le temps d’un black Friday ! »

A 55 ans, Mireille semble pleinement épanouie et savourer au jour le jour les avantages de cette forme d’entreprenariat. « Connectée à mon smartphone ou mon ordinateur je m’autorise à faire ma vie, étant entendu que mes clients savent qu’ils peuvent s’autoriser à me déranger. Je leur donne beaucoup et ils me renvoient tout autant. De plus, un groupe Facebook leur étant dédié permet une véritable interaction. Quand ils apprennent que je passe près de chez eux, certains veulent me voir et m’invitent même à dormir ! ». Atypique, elle a le don d’attirer des personnes qui lui ressemblent dont beaucoup de femmes de plus de cinquante ans ayant décidé de changer de vie professionnelle. « Elles me font confiance parce que j’ai suivi le même type de parcours et que nous parlons le même langage. » Et de conclure, « les dix dernières années de mon activité je n’ai pas envie de les vivre dans le stress et je pense que ça se ressent ! »

A retrouver sur : www.tournermonterpublier.com / www.facebook.com/tournermonterpublier