Article mis en ligne sur le site Je Crée dans Ma Région : vous pouvez le retrouver à cette adresse.

Ramener des vélos à la vie, en vendre d’occasion, apprendre aux autres à les réparer et créer des objets artisanaux à partir de pièces recyclées, à 29 ans, Félix Aubry ne lâche pas le guidon de ses convictions.

Son atelier participatif s’appelle l’Heureux Cycleur et se situe rue Montplaisir à Valence, à deux coups de pédale du lycée où Félix Aubry a passé un bac STI Arts appliqués. Ouvert depuis le 1er septembre 2018, il propose quatre activités principales : la réparation de vélos, l’accompagnement à la réparation, la vente d’occasion et la création artisanale.

Changement de braquet

Après une année d’étude en communication visuelle, option édition et graphisme, qui lui a permis d’acquérir des compétences lui servant encore aujourd’hui, notamment pour la conception de son site internet (www.lheureuxcycleur.com), le jeune homme séjourne dans plusieurs pays puis s’installe à Lyon, où il occupe différents postes dans la restauration. Il reprend la route pour nourrir sa formidable énergie de voyager et, de retour en France, il découvre Le Recycleur. « Le nom de ma société est un clin d’œil à cette association lyonnaise de réparation de vélos, où, après mon inscription, j’ai très vite passé la plupart de mon temps libre. Au bout de deux ans, j’ai suivi un stage de mécanique et de gestion de réparation. D’adhérent, je suis devenu employé de la structure, en contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI CEA) durant vingt mois. » Sûr de son choix, il passe un Certificat de qualification professionnelle (CQP), en alternance, puis s’offre une nouvelle escapade de 10 mois, direction l’Amérique du Sud à vélo. « J’ai ensuite décidé de revenir vivre à Valence, en octobre 2017 et de créer mon propre atelier. Je ne savais pas quelle forme juridique prendre et j’étais sur le point d’ouvrir, à regret, une micro entreprise, quand une amie de mon père m’a expliqué le principe général d’une CAE et d’Arcoop en particulier. »

La posture d’entrepreneur

Il rejoint la coopérative en août 2018, démarre son activité le 1er septembre et lance en octobre une campagne de financement participatif sur Ulule. « Pour récompenser les financeurs, j’ai imaginé des objets tels que des ceintures, lampes et bracelets, conçus à partir de pièces détachées. J’ai eu des retours très positifs et j’ai donc gardé cette partie artisanale qui complète bien mes prestations, surtout au cours de la saison hivernale. » Aujourd’hui, son atelier est hébergé dans un lieu collectif où rayonne le Valence atelier libre, un espace de partage de savoir faire et de mise en commun de moyens techniques. « Fondée par une bande de copains bricolant ensemble, cette association propose un programme mensuel d’ateliers aux thèmes variés (cuisine, informatique, électronique, dessin, couture, discussions…), animés par les adhérents eux-mêmes. Une démarche dans laquelle je me reconnais bien ! »

De sa première année d’activité, Félix tire un bilan très encourageant, notamment en termes de fréquentation, grâce au bouche à oreille. « Je suis toujours en CAPE car l’achat de marchandises et d’outillages ainsi que mes frais de fonctionnement ne me permettent pas encore de devenir salarié. » Satisfait du soutien technique et moral apporté par l’équipe d’Arcoop, il confie avoir été également rassuré par certains entrepreneurs. « Une arcopienne m’a, par exemple, aidé à travailler ma posture d’entrepreneur et à estimer la valeur de mon travail. Si on est trop arrangeant, c’est la faillite assurée. Ce réajustement passe par un discours adapté vis-à-vis des clients. La plupart le comprennent parfaitement, l’essentiel étant de leur expliquer qu’en faisant appel à mes services, ils contribuent à faire vivre un artisan local. »

A retrouver sur : www.lheureuxcycleur.com / www.facebook.com/ateliervalence